mercredi 19 avril 2017

Pour quoi je voterai dimanche

Ceux qui me lisent un peu régulièrement savent que je ne goûte guère l’exercice démocratique du pouvoir. Jusqu’à présent, cette campagne présidentielle a confirmé mes idées avec une ténacité tout à fait remarquable. Passons sur la vaste prostitution des candidats et des partis, sur le racolage éhonté auquel ils se livrent pour séduire leur électorat, de bain de foule en foire agricole, de meeting en tapis de promesses : ça, on y est habitué à chaque fois qu’il y a élection. Mais le niveau est quand même, cette fois-ci, spécialement bas : les uns ont selon toute vraisemblance piqué dans la caisse, un philosophe poste des tweets pour juger un candidat sur ses tenues vestimentaires, les sondages, plus incertains que jamais, ont plus d’importance que jamais ; bref, on nage en pleine société du spectacle, en pleine démocratie d’opinion. En plein délire. Ô tristesse d’avoir raison quand on dit que les choses vont mal.

Il va de soi qu’aucun des candidats ne représente, de près de ou de loin, les idées qui sont les miennes. Peu d’entre eux ont conscience que les deux grands enjeux de notre époque, les deux grandes manifestations de la Crise que nous traversons, sont la crise écologique d’abord, les inégalités ensuite. Et aucun, à mon sens, n’a de réelle compréhension de ces phénomènes, puisque aucun n’a pensé la Technique et donc compris le rôle qu’elle joue dans cette Crise. Par conséquent, aucun n’a de solution pour nous en sortir. Ce qu’ils proposent, tous, est voué à l’échec.

Cela dit, il n’en reste pas moins qu’un d’entre ces onze sera notre prochain président, et que certains sont clairement plus dangereux que d’autres. Ceux qui s’imaginent que de toute façon rien ne changera, qu’ils ont les mains liées, que de toute manière c’est bonnet blanc et blanc bonnet n’ont pas complètement tort, mais ils n’ont pas non plus complètement raison. Un président de la République française a tout de même suffisamment de pouvoir pour faire beaucoup de mal, ou au contraire pour freiner les processus en cours. Le choix de l’abstention, pour tentant et compréhensible qu’il soit étant donné l’état de la vie politique, me semble donc à tout le moins dangereux.

Traditionnellement, on considère qu’au premier tour, on choisit, et qu’au second tour, on élimine. En réalité, il y a belle lurette que les choses ne se passent plus ainsi. Quand plus de deux candidats ont des chances réelles d’accéder au second tour, il faut éliminer dès le premier. C’est d’autant plus vrai quand, de toute manière, aucun candidat n’offre de réelle solution, puisque alors aucun candidat ne peut être l’objet d’un choix, sauf du choix du moins mauvais – ce qui est précisément une autre manière de dire qu’on élimine tous les autres.

De ce point de vue, deux candidats, parmi ceux qui ont des chances de l’emporter, doivent à l’évidence être éliminés.

La première est naturellement Marine Le Pen. J’ai à peine besoin d’expliquer pourquoi. Cela tient d’abord à son programme, bien sûr. Économiquement, il est très dangereux. Sur la question migratoire, non seulement il abandonne toute forme d’altruisme, de solidarité et de générosité, valeurs pourtant constitutives de notre identité ; mais il est même redoutable pour nous à long terme, car si nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde chez nous, la refouler entièrement ne peut, à moyen terme, que générer plus de rancœurs, plus de colère, donc plus d’agressivité envers nous et plus de terrorisme. Socialement enfin, il est régressif : rappelons que Marine Le Pen est la seule candidate à avoir promis la fin de la loi Taubira, entre autres multiples exemples.

Mais plus encore que dans son programme, le danger Le Pen tient dans sa personnalité. Si on regarde strictement ce qui est écrit dans le programme, en effet, je suis plus proche du sien que de celui de Fillon ou de Macron, par exemple. Le problème, c’est que Marine Le Pen avance masquée. Personne, je pense, ne sait vraiment qui elle est, ni ce qu’elle ferait si elle arrivait finalement à l’Élysée. Pour reprendre l’exemple de la loi Taubira, je ne suis pas du tout sûr qu’elle tiendrait sa promesse. Inversement, je la crois tout à fait capable de rétablir la peine de mort, alors que ça ne figure pas dans son programme, par exemple en faisant usage du référendum[1].

Le second candidat à éliminer absolument est François Fillon. Non pas que son programme soit spécialement problématique – je veux dire par là qu’il est absolument et intégralement merdique, mais pas vraiment plus que celui de Macron, par exemple. Le problème de Fillon, par rapport aux autres candidats de la droite conservatrice[2], c’est qu’il représente la frange la plus socialement réactionnaire de ce courant. Fillon, c’est le candidat de Sens Commun, de la Manif pour Tous et de tous les groupes du même tonneau. Ce sont eux qui ont poussé sa victoire à la primaire et le tiennent à bout de bras depuis – le rôle de Sens Commun dans la réussite du meeting du Trocadéro, celui qui a tout changé pour lui, n’est plus un secret pour personne.

S’il doit être éliminé, c’est donc d’abord parce que sa victoire représenterait un énorme tremplin pour cette frange réactionnaire de la société : il pourrait essayer de tenir sa promesse d’une interdiction de l’adoption pour les couples homosexuels, le risque serait donc grand de voir l’homophobie s’assumer, s’afficher et se décomplexer, et donc les agressions homophobes augmenter[3]. Mais c’est aussi pour une autre raison : pour dégoûter pour de bon la droite de redonner du poids à ce genre de courant. Que Fillon prenne une bonne claque électorale et qu’on arrive avec Macron président, et la droite se sentira volée d’une élection qu’elle pensait gagnée d’avance ; on peut être sûr alors que la prochaine fois, elle jouera la sécurité et adoubera quelqu’un de plus consensuel – donc de plus centriste.

Une dernière chose : je précise que, si je considère que Fillon et Le Pen doivent tous les deux être éliminés, et à n’importe quel prix, je ne les mets pas sur le même plan : Le Pen est clairement plus dangereuse que Fillon.

Bon. C’est bien joli, tout ça, mais une fois qu’on a dit quels candidats on voulait éliminer, reste à savoir comment le faire. Pendant un bon bout de temps, ça m’a semblé clair : je voyais se rejouer sous nos yeux le scénario de 2007. Cette année-là, seuls trois candidats avaient une chance réelle de passer la barre du premier tour : Sarkozy, Royal et Bayrou. Il était évident qu’il fallait éliminer Sarkozy à tout prix : n’importe qui avec un brin de jugeote pouvait comprendre à quel point son quinquennat serait violent – là-dessus, il ne nous a pas déçus. Or, Royal ne pouvait pas le battre au second tour ; inversement, Bayrou était quasiment assuré de le faire. Il fallait donc faire passer à Bayrou le cap du premier tour en votant pour lui à ce moment-là – ce que j’ai fait.

Dix ans plus tard, j’avais bien l’impression qu’on rejouait le même scénario. Fillon semblait assuré d’être le prochain président ; un seul candidat le menaçait sérieusement, Emmanuel Macron. Il me semblait donc logique de voter pour lui dès le premier tour, non pas que je me sente la moindre affinité avec le personnage, ses idées ou son programme, mais simplement parce qu’il était le seul à même d’éliminer un candidat qu’il nous fallait absolument éliminer.

Seulement, les dernières semaines ont rebattu les cartes. Trois candidats peuvent toujours, sans aucun doute possible, se qualifier pour le second tour : Le Pen, Macron, Fillon. Mais ils sont talonnés par un quatrième, Mélenchon. Pour être honnête, je ne crois pas à ses chances de réussir son pari et de finir deuxième ; mais il est globalement dans la course. Par ailleurs, l’avance de Macron sur Fillon, même si elle reste bien modeste eu égard à la grande incertitude de ceux qui se déclarent prêts à voter pour lui, reste probablement suffisante pour que je me dise qu’il peut se passer de ma voix.

Se pose également la question du second tour, et là, les inconnues se multiplient de manière dramatique. Je suis prêt à parier que Marine Le Pen y sera : c’est donc elle qu’il faut songer à éliminer en priorité. Mais qui est le mieux à même de le faire ? Tous le prétendent, mais bien malin qui pourrait vraiment le dire. Les sondages la donnent perdante, assez nettement, contre tous ; on pourrait donc se dire qu’il n’y a pas de souci à se faire. Mais moi, je m’en fais, du souci.

Le Pen contre Fillon ? La droite dure contre l’extrême-droite : beaucoup, beaucoup de gens, et moi le premier, seraient tellement écœurés qu’ils ne se déplaceraient même pas pour voter. Bien sûr, Fillon bénéficierait d’un report de voix de la part de ceux qui voudraient à tout prix barrer la route au FN ; mais inversement, Le Pen pourrait bénéficier du soutien d’une masse populaire décidée à faire tomber en Fillon un des principaux représentants des affaires et des élites. D’ailleurs, Fillon n’est donné dans les sondages gagnant qu’à 55% : le plus mauvais score des candidats testés.

Le Pen contre Macron ? On se dit que Macron rassemblerait une bonne partie de la gauche et la droite conservatrice ; mais pour un ancien banquier, partisan beaucoup plus assumé que Fillon de l’Union européenne et de la mondialisation, l’effet anti-Système jouerait autant que pour lui, peut-être même plus. Ça pue le duel Trump-Clinton.

Le Pen contre Mélenchon ? Là encore, les sondages donnent Mélenchon gagnant, à 57% (à peine plus haut que Fillon, notons bien). Perso, je n’y crois pas. Je suis persuadé que les conservateurs de droite comme de « gauche » seraient à peu près aussi effrayés par l’un que par l’autre, et qu’une bonne partie de la droite voterait Le Pen bien plus facilement qu’une partie de la gauche ne voterait Mélenchon.

Impossible donc de se déterminer sur celui qui serait le mieux à même de battre Le Pen. Et pour Fillon, c’est à peu près la même chose : de toute manière, je ne l’imagine au second tour que face à Le Pen.

J’ai donc été placé devant ce choix difficile : jouer la sécurité en votant Macron, pour être sûr d’éliminer Fillon ; ou voter au moins loin de mes convictions et opter pour Mélenchon. J’ai finalement choisi la seconde option.

Je veux tout d’abord dire que j’ai longtemps hésité, et que je respecte tout à fait ceux qui feront le choix inverse. Je les remercie, même, puisque ce n’est que grâce à eux que, en fin de compte, j’ai un petit espoir que nous n’ayons ni Fillon, ni Le Pen au pouvoir. Si, pour ma part, je voterai Mélenchon dimanche prochain, c’est pour trois raisons.

La première, je l’ai déjà donnée : Macron me semble disposer d’une avance sur Fillon faible, mais probablement suffisante pour l’emporter. En ne votant pas pour lui, je sais que je prends un risque, mais c’est un risque calculé.

La seconde, c’est que, même si je n’y crois pas une seule seconde, il y a, pour la première fois depuis longtemps, une toute, toute petite chance pour qu’une gauche véritable emporte la présidentielle. Ça vaut la peine de mettre toutes les voix dans la balance.

La troisième, et la plus importante, c’est qu’il est urgent que nous recomposions notre paysage politique. Or, un score élevé de Mélenchon serait le meilleur moyen d’y parvenir. Le PS pourrait enfin éclater, comme je dis qu’il finira par le faire depuis plus de dix ans, et comme je l’y appelaisencore récemment, et acter le divorce entre la vraie gauche et la social-démocratie ou le social-libéralisme. En cas, souhaitable, de victoire de Macron, les conservateurs de l’aile droite du PS et de la droite dite « modérée » pourraient se regrouper autour d’un pivot centriste (en fait de droite, mais molle, c’est moins pire) ; ceux qui, à droite, ne seraient pas contents, pourraient aller tranquillement au FN, ou vivoter sans rejoindre aucun camp, en devenant groupusculaires. En cas de victoire de Fillon, ce serait moins clair, mais au moins le PS aurait quand même enfin fini de crever et on s’en porterait tous déjà mieux.

Allez, vivement dimanche, qu’on en finisse. Ça commence à vraiment trop puer.





[1] Une autre belle bêtise qu’elle développe, ça : donner plus de pouvoir au peuple en recourant massivement au référendum. De son point de vue, c’est très intelligent, évidemment : elle sait bien que, dans sa majorité, le peuple sera en effet de son côté sur bien des sujets. Elle peut donc se permettre de se donner une image démocratique à peu de frais.
[2] Par « conservatrice », j’entends « qui veut conserver globalement le Système actuel » ; la droite conservatrice inclut donc Emmanuel Macron.
[3] C’est ce qui s’est passé aux États-Unis suite à l’élection de Donald Trump. L’hypothèse n’a donc rien d’invraisemblable.

samedi 11 février 2017

Un bouclier contre l’épée de Damoclès démocratique

Une fois n’est pas coutume, on a une bonne nouvelle à annoncer : le Conseil constitutionnel vient de censurer le délit de consultation des sites terroristes. C’est une décision importante, même si elle est un peu passée inaperçue. Ce délit constituait une grave atteinte aux libertés fondamentales, puisqu’il prévoyait de condamner, et lourdement, les citoyens qui se contentaient de naviguer « de manière habituelle » sur les sites faisant l’apologie du terrorisme. Certes, des exceptions étaient prévues pour ceux qui pouvaient prouver qu’ils le faisaient « de bonne foi », par exemple pour des recherches universitaires ; mais la loi donnait vraiment le sentiment de renverser la charge de la preuve pour la faire reposer sur la défense.

Ce délit, initialement proposé par Nicolas Sarkozy, avait dans un premier temps été critiqué (mollement) par la gauche ; mais bien sûr, une fois au pouvoir, le PS s’était empressé de le faire voter.

Sur le fond, je ne peux que partager l’analyse du Conseil constitutionnel, qui affirme que la loi incriminée n’était nullement nécessaire, l’arsenal juridique visant à lutter contre l’apologie du terrorisme étant déjà largement suffisant, et que l’atteinte aux libertés fondamentales n’était ni adaptée, ni proportionnée. Le Conseil rappelle en particulier – il est fou que ce soit nécessaire, mais c’est nécessaire – que la libre communication des pensées et des opinions fait partie des droits de l’homme, et que les citoyens doivent pouvoir s’informer comme ils le souhaitent sur les menaces qui pèsent sur nos sociétés.

Sur la forme, il y a cependant quelque chose d’encore plus intéressant à remarquer. Une loi qui piétinait les droits fondamentaux de la personne humaine avait été votée par le Parlement, donc par une des instances les plus démocratiques de notre pays, élue au suffrage universel ; elle est à présent censurée par le Conseil constitutionnel, une de ses instances les moins démocratiques. Ses membres, nommés pour neuf ans, le sont par les Présidents de la République, du Sénat et de l’Assemblée nationale, de manière à peu près complètement discrétionnaire.

Cet épisode fait écho à une autre censure d’une loi à dérive totalitaire potentielle, toujours par le Conseil constitutionnel, le 21 octobre dernier : celle qui permettait aux services de renseignements français de surveiller sans aucun contrôle l’ensemble des communications par voie hertzienne.

Tout cela prouve une nouvelle fois, pour ceux qui auraient encore besoin de la démonstration, que la démocratie n’a décidément rien à voir avec la défense des droits fondamentaux de la personne humaine. Dans le temps présent, c’est même plutôt le contraire : c’est la démocratie qui représente une épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos libertés. On l’a vu en France, mais aussi avec l’élection de Trump aux États-Unis et toutes ses conséquences, déjà. On l’a vu en Pologne, en Hongrie, à tant d’autres endroits. Et contre cette épée de Damoclès, ce sont des instances non démocratiques, ou moins, qui sont notre bouclier.

En France, Marine Le Pen, la candidate la plus dangereuse pour nos libertés, ne s’y est d’ailleurs pas trompée : elle a inscrit à son programme un véritable référendum d’initiative populaire, par lequel elle espère nous faire revenir à la peine de mort. Sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, exactement selon la même stratégie, espère utiliser le même procédé pour restreindre, voire interdire, l’avortement.

La conclusion s’impose : pour défendre nos libertés fondamentales, nous n’avons pas besoin de davantage de démocratie ; nous avons besoin de moins de démocratie. Notre extrême-droite ne s’y trompe pas, ne nous y trompons pas non plus.



*** EDIT du 15/02/2017 ***

Lundi dernier, une commission mixte paritaire composée de sept députés et sept sénateurs a violé la décision du Conseil constitutionnel qui faisait l’objet de mon billet, en réintroduisant dans le Code pénal le dispositif censuré de « délit de consultation habituelle de sites djihadistes sur Internet. La version réintroduite est à peine différente de celle qui avait été censurée.

Quand j’ai publié ce billet, un ami très cher m’a dit que je « ne m’arrangeais pas ». Moi je veux bien ; mais où est-ce que la réalité contredit ce que je dis ? Le Parlement élu avait fait passer cette loi liberticide, le Conseil constitutionnel non élu nous en avait débarrassé, à présent le Parlement élu montre son peu de respect à la fois pour nos libertés fondamentales et pour la Constitution et les institutions françaises.

Alors oui, j’aimerais bien me tromper, mais je crains bien d’avoir raison.


*** EDIT du 07/04/2017 ***

Merci au Conseil constitutionnel qui vient, aujourd’hui même, de me donner une nouvelle fois raison, en censurant partiellement la loi du 13 novembre 2014 créant l’incrimination « d’entreprise individuelle de terrorisme ». Le Conseil rappelle que les actes préparatoires à un attentat terroriste ne sauraient suffire à établir la volonté de le commettre, et donc ne peuvent être la base d’une condamnation pénale. Il établit également que la seule recherche d’objets ou de substances de nature à créer un danger (des explosifs, par exemple) ne suffit pas à matérialiser la volonté de commettre l’infraction.


Je ne sais pas combien de temps tiendra cette décision, mais en attendant, les faits sont là : les députés élus piétinent un des principes les plus essentiels de notre droit, celui qui veut qu’on condamne des actes et non des intentions ; ce faisant, ils préparent une abominable société du soupçon où tout citoyen sera vu comme un coupable en puissance. Et c’est une de nos institutions les moins démocratiques qui sert de rempart à ces prémices de totalitarisme.

mardi 24 janvier 2017

Socialistes, c’est (de nouveau) le moment de divorcer

Un divorce, c’est un peu comme la guerre : ce n’est jamais agréable, mais c’est parfois nécessaire. On ne peut pas être « pour » le divorce, comme on ne peut pas être « pour » la guerre ; mais dans certains cas, il faut bien reconnaître que c’est la moins mauvaise des solutions.

À l’heure actuelle, c’est clairement le cas pour le PS. Ce parti est en fait divisé en deux. On le sait depuis très, très longtemps, mais un des rares avantages de la primaire est d’en faire la démonstration manifeste. D’un côté, il y a des gens de gauche, véritablement de gauche, les seuls qui méritent le qualificatif de « socialistes », c’est-à-dire ceux qui veulent une réforme profonde du capitalisme libéral – je ne prétends pas qu’ils veuillent l’abolir, mais cette radicalité-là a de toute manière à peu près disparu du champ politique – dans le sens de davantage d’égalité. De l’autre, il y a des socio-démocrates, c’est-à-dire des gens qui s’accommodent très bien du capitalisme libéral tel qu’il existe actuellement et veulent seulement l’encadrer pour en limiter les abus.

Entre ces deux camps, il n’y a, en réalité, pas d’accord possible. Leur alliance résulte exclusivement d’une somme d’intérêts personnels et politiciens : leurs membres respectifs ont tout simplement considéré jusqu’à présent que le Parti socialiste, et donc le maintien de son unité et de son existence, était le plus sûr moyen de conquérir les postes convoités.

Mais sur le fond, les désaccords sont à peu près complets – pour ceux qui ont quelques convictions, évidemment. Les socialistes sont partisans d’une politique keynésienne de relance pilotée par l’État sans se soucier des déficits. Ils souhaitent des politiques de véritable redistribution des richesses, donc des impôts élevés, surtout pour les plus riches, et des dépenses publiques importantes. Mécaniquement, ils sont assez méfiants vis-à-vis de l’Union européenne telle qu’elle s’est construite depuis 1992.

Inversement, les socio-démocrates sont globalement partisans de la rigueur budgétaire imposée par Bruxelles et d’une tentative de relance par l’offre plutôt que par la demande. Ils ont accepté le dogme de base du néo-libéralisme et du néo-classicisme économique selon lequel c’est en laissant les plus riches s’enrichir qu’on fera reculer la pauvreté : ils ne veulent donc pas taxer trop lourdement les revenus ou le capital.

Ces deux lignes sont donc clairement contradictoires. C’est pourquoi Valls a raison de parler de « deux gauches irréconciliables », et Hamon d’affirmer que le second tour de la primaire se jouera « projet de société contre projet de société ».

Seulement voilà, quelque chose vient perturber la donne : c’est que chacune des deux options est déjà représentée par un candidat lancé depuis plus longtemps dans la course. Les idées de Benoît Hamon sont déjà portées, peu ou prou, par Jean-Luc Mélenchon, et celles de Manuel Valls par Emmanuel Macron.

On me dira que ce n’est pas la même chose, qu’il y a à chaque fois des divergences. Évidemment, qu’il y a des divergences ! Oui, Hamon n’a peut-être pas exactement la même vision de l’Union européenne, de la politique étrangère, de la Russie ou de l’islam que Mélenchon. Mais et alors ? Deux individus ne sont jamais d’accord sur tout en politique. Croire que le moindre désaccord doit se traduire par deux candidatures distinctes aux élections est la maladie dont la gauche crève depuis des années, pour ne pas dire des décennies. Si on attendait d’être d’accord en tout avec quelqu’un pour le soutenir, personne ne militerait dans aucun parti politique, personne ne soutiendrait jamais aucun candidat : il y aurait autant de partis et de candidats que de militants. Belle perspective ! Et quelle efficacité…

Ce qu’il faut donc réaliser, c’est que les désaccords, réels et indéniables, entre Valls et Macron ou entre Hamon et Mélenchon, sont infiniment moins profonds que ce qui les rassemble. La conclusion, en termes politiques ? C’est le moment pour le PS d’acter ce désaccord et de divorcer. Que les socialistes rejoignent Mélenchon et le Parti de gauche, et que les socio-démocrates rejoignent Macron et construisent ensemble une nouvelle structure.

Bien sûr, j’entends déjà les militants du PS s’offusquer : et pourquoi pas le contraire ? Pourquoi ne seraient-ce pas Mélenchon et Macron qui se rallieraient à Valls ou Hamon ? Pour une raison bien simple : c’est que nous sommes dans une démocratie d’opinion, dominée par le complexe médiatico-sondagier, et que ses oracles ne peuvent pas être ignorés. Or, ils sont très clairs : que ce soit Valls ou Hamon qui l’emporte, le candidat PS est condamné à une humiliante cinquième place, derrière Le Pen, Fillon, Macron et Mélenchon. Telle est la loi d’airain des institutions majoritaires de la Ve République : sous peine d’être responsable de la défaite des idées qu’il porte, c’est au plus faible de se désister en faveur du plus fort.

Les chances que les choses se passent ainsi sont évidemment bien minces. Le PS a déjà manqué plusieurs occasions de faire ce divorce. En 2007, la percée de Bayrou, qui était le seul à même de battre Nicolas Sarkozy au second tour, aurait dû provoquer l’explosion du parti et une alliance Bayrou-Royal. L’aile gauche du PS ne l’aurait bien sûr pas accepté, et après ? Le Parti de gauche aurait pu être fondé avec deux ans d’avance. Par la suite, lorsque Hollande, devenu président, a renié et même foulé aux pieds toutes ses promesses de mettre au pas la haute finance, le divorce aurait encore dû avoir lieu. L’arrivée de Valls au poste de Premier ministre en était l’occasion évidente. Les « frondeurs » ont préféré continuer à « fronder » de l’intérieur, c’est-à-dire à ne rien faire.

Il est donc probable qu’il en ira encore de même. Les militants et surtout les cadres auront sans doute trop peur de perdre leurs places (de conseillers municipaux ou généraux, de maires, de permanents etc.) pour oser quitter ce navire qui ne peut pourtant plus être sauvé ; et le candidat désigné préférera s’accrocher à une vaine candidature de témoignage, dont au moins il pourra tirer personnellement des profits politiques, plutôt que de favoriser ses idées en se désistant. En d’autres termes, le couple continuera à se déchirer et à se taper dessus, mais n’osera pas la séparation de peur de dilapider le patrimoine commun : un divorce, ça coûte cher. Les socio-démocrates, hier dominants dans le parti, vont peut-être devoir céder temporairement la place aux socialistes : qu’importe, ils estimeront préférable d’attendre la défaite pour reconquérir la direction dans ses ruines.

Et donc, il y aura un grand perdant : soit Macron, soit Mélenchon. Si l’arithmétique électorale fonctionne sans surprise, Hamon sera élu, ce qui fera encore un peu plus souffler le vent dans les voiles de Macron mais réduira d’autant le socle électoral de Mélenchon. C’est dommage pour lui : pour la première fois, je me disais qu’il avait une toute petite fenêtre pour accéder au second tour. Mais comme, quel que soit son adversaire, il ne pouvait pas le battre in fine, ce n’est peut-être pas plus mal. Si Valls est bien éliminé, Macron sera probablement en 2017 celui que Bayrou a été il y a dix ans : le seul à même de battre à la fois la droite dure de Fillon et l’extrême-droite de Le Pen. Fillon doit d’ailleurs avoir en ce moment de belles sueurs froides, et ça au moins, ça console de tout.

Qu’est-ce que je vous disais ? Le candidat qui sera élu en mai prochain, quel qu’il soit, n’aura pas les solutions pour nous sortir de la Crise que nous ne faisons que commencer à traverser. Mais au moins, en attendant, et contrairement aux deux dernières présidentielles, on s’amuse et on a un peu de suspens, avec tout plein de beaux retournements de situation.